pisa

PISA: Comment s’organisent ces évaluations?

Pisa. Désigné sous l’acronyme PISA, le programme international pour le suivi des acquis est le résultat d’une étude menée par l’Organisation de Coopération et de développement économiques dans le milieu éducatif. Son objectif est de déterminer la performance du système éducatif de chaque pays membre et non membre.

 

Qu’est-ce que le PISA ?

pisa
Le PISA est un programme créé par l’OCDE dans l’optique de tester les savoir-faire des élèves de quinze ans dans les matières telles que : lecture, mathématiques et sciences. Le but du programme est de mesurer l’état des systèmes éducatifs tout en comparant la performance des élèves provenant de différents pays.
 
L’examen s’organise tous les trois ans. En 2018, le PISA a connu : 79 pays participants, 205 établissements de PISA tirés au sort en France avec trente élèves retenus de façon aléatoire par établissement.
 
Ce qui fait au total 7000 élèves qui ont été mobilisés à travers les établissements publics et privés sous contrat). Cette étude menée concerne tout jeune du collège ou du lycée que ce soit général, agricole, technologique ou professionnel ayant l’âge requis. L’enquête est toujours réalisée sous l’autorité du ministère de l’Éducation nationale suivant les démarches standardisées de l’OCDE.
 

Pisa: Quels sont les objectifs du programme ?

L’intérêt de l’enquête est de déterminer le potentiel de l’élève à mettre en pratique ses acquis scolaires dans l’optique d’en faire usage dans la vie adulte. Le test exige de la part des enfants de faire une rétrospection sur leurs méthodes d’apprentissage, et ceci à partir d’un questionnaire de contexte.
 
Le PISA permet de :
· déterminer le potentiel des élèves ;
· chercher comment il faut préparer les élèves à leur futur ou leur vie d’adulte ;
· spécifier les différents facteurs exogènes impactant l’efficacité des élèves (environnement socio-économique) ;
· notifier qu’en matière de performance moyenne ou de l’équité du système éducatif, quelques pays se distinguent.
 

Pisa: Déroulement des épreuves

L’évaluation du PISA dure généralement trois heures trente et comprend quatre différentes séquences. Pour commencer, les élèves composent les épreuves de compréhension de l’écrit. Après, place à la culture scientifique et la culture mathématique et toutes ces épreuves durent 2 heures.
 
Ensuite, les enfants passent à la phase de réponse aux deux questionnaires qui dure chacun quarante-cinq minutes. Ces questions concernent le domaine des techniques d’information et de la communication, puis socioculturel. Il faut noter que les résultats issus de l’examen sont confidentiels.
 

Résultats de la France en 2019

Les résultats des élèves du PISA ne sont pas individuels et n’ont aucun effet sur leurs notes. Ces derniers sont plutôt regroupés et analysés afin d’évaluer l’état du système éducatif. Un savoir-faire majeur est examiné chaque session à tour de rôle. La plupart portent sur la compréhension à l’écrit. Marquée par de fortes réussites en 2000 et en 2006, la France stabilise ses performances en 2018.
 
Ø En compréhension de l’écrit, les élèves français ont eu un score moyen stable qui est de 493, ce qui est largement au-dessus du score moyen au niveau de l’OCDE (487). Ils sont donc presque au même stade que les élèves d’Allemagne et de la Belgique, et occupent entre 20e et 26e rangs de l’ensemble des pays membres de l’OCDE.
 
Ø Au niveau des mathématiques, les points sont de 495, ils sont légèrement plus élevés que ceux de la moyenne de l’OCDE (489 en 2018 par rapport à 490 en 2015). À Singapour, environ 11 % des élèves sont plus efficaces contre 37 %.
Le taux des facteurs socio-économiques est très élevé, mais il n’augmente plus : avec 107 points d’écart contre 110 en 2011.
 
La différence entre les résultats des garçons et des filles en compréhension de l’écrit est plus basse en France que celui de la moyenne des pays de l’OCDE.
 

PISA: Défis à relever

Après l’étude PISA, les défis à relever concernent trois aspects principaux.
 

Faciliter une équitabilité dans la communauté éducative française

Pour y arriver, il faut apporter un soutien aux élèves et aux établissements défavorisés. À cet effet, l’OCDE a émis des recommandations.
 
Inciter les enseignants compétents et expérimentés à prendre fonction dans des établissements défavorisés.
 
Conférer plus d’autorité aux chefs d’établissements dans des régions sensibles puis s’assurer qu’ils détiennent des compétences adéquates.
 
Dispenser un enseignement spécifique permettant à l’enseignant de disposer des connaissances et compétences afin de pouvoir travailler avec les élèves défavorisés/difficultés.
 
Assurer la formation continue pour les enseignants et l’équipe de direction.
 
Il est aussi important de mettre en place des stratégies permettant à l’école d’être en parfaite harmonie avec les parents d’élèves défavorisés.
 

PISA: Lutter contre les échecs scolaires

L’OCDE recommande :
 
· de continuer avec la scolarisation des enfants des familles défavorisés à partir de 2 ans de faire un suivi des résultats des élèves puis recentrer les enseignements sur le socle commun ;
 
· d’éviter au mieux le redoublement ;
 
· d’augmenter la durée dédiée à la pédagogie différenciée ;
 
Le renforcement des services de conseil et d’orientation aux enfants est à en prendre en compte.
 

PISA: Améliorer la qualité de l’enseignement

L’OCDE recommande :
· de renfoncer la connaissance des enseignants en matière de la pédagogie du métier et de l’examen final ;
· d’apporter une valeur ajoutée à la formation continue des enseignants ;
· de mener des réflexions sur leurs statuts.
Enfin, il faut développer une stratégie pour examiner la qualité reconnue par les dirigeants d’établissement et les enseignants.
 
MathiasCRPE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.