égalité fille garçon

Egalité fille garçon: Comment adopter les bonnes pratiques?

Égalité fille garçon. Les stéréotypes liés au genre représentent une cause principale qui justifie la difficulté dans l’égalité des traitements réservés aux femmes et aux hommes dans un système donné. Chaque genre est victime d’un traitement qui tient compte de son sexe.

 

Égalité fille garçon : obstacles à la mise en œuvre

égalité fille garçon
Les stéréotypes du genre posent essentiellement deux problèmes. Dans un premier temps, ils sont réducteurs et contraignent chacun à s’astreindre aux assignations figées en rapport avec chaque sexe.
 
Dans un second temps, les hommes ont généralement un traitement de faveur, car étant perçus comme des conquérants, des courageux et des personnes déterminées. Les femmes sont pour la plupart du temps associé à une forme d’infériorité peu réjouissante.
 
Ces constats ou ces stéréotypes sont de nature à impacter les hommes et les femmes dans la vie personnelle et professionnelle.
 
Dans le même temps, de tels stéréotypes affectent les apprenants et les enseignants du système éducatif. Pendant qu’au niveau des élèves, les impacts sont remarquables sur les choix de l’orientation, chez les enseignants, il est plus question de la manière de questionner ou d’évaluer les apprenants.
 
D’un autre côté, les parents sont également embarqués dans ce cercle et sont souvent surpris en train de prendre des positions opposées d’un genre à un autre. Ces derniers font une démarcation nette dans la manière d’éduquer leur enfant compte tenu de leur sexe.
 

Constats effectués dans les textes officiels

 
La Convention Interministérielle pour l’égalité des sexes dans le système éducatif met un accent sur les pratiques des différents acteurs de l’école. Elle porte également sur des réflexions relatives à trois axes prioritaires que sont :
 
(1) la transmission de la culture d’égalité de traitement entre les garçons et les filles ; (2) l’amélioration de l’éducation au respect réciproque et à l’égalité de traitement entre les garçons et les filles et (3) l’engagement des uns et des autres pour promouvoir une mixité élevée au sein des diverses filières de la formation.
 
La loi du 8 juillet 2013 précise tout de même qu’il est nécessaire de veiller au respect de l’égalité entre les hommes et les femmes depuis l’éducation primaire au sein des écoles. La « Mise en œuvre de la politique éducative en faveur de l’égalité entre les garçons et les filles à l’école » est renforcée par la circulaire du 20 janvier 2016.
 
À ces textes, s’ajoutent la circulaire de rentrée 2015, le code de l’éducation, le référentiel des différentes compétences du professeur dans l’école, etc.
 
Par ailleurs, il faut retenir que le point de rassemblement des programmes d’EMC et des quatre parcours éducatifs stipule qu’il importe de respecter comme il se doit chaque sexe sans la prise en compte d’aucun stéréotype dans la formation des élèves ou des apprenants des systèmes éducatifs.
 

Égalité fille garçon: Théorie du genre

 
Les travaux portant sur le genre mené entre 1960 et 1970 aux États-Unis se sont attardés sur la manière dont la société associe les rôles et obligations aux personnes compte tenu de leur sexe.
 
Ces axes ont été abordés en partant des constats portant sur le sexe et sur la nature de la relation entre les hommes et les femmes de façon générale. À cela s’ajoute également la forte émergence du mouvement féministe.
 
Ainsi, le genre est perçu comme une allusion faite aux différences sociales entre les hommes et les femmes plutôt que de s’attarder sur les différences liées au sexe ou biologiques qu’on pourrait dénoter ou remarquer chez les hommes et les femmes.
 

Égalité fille garçon : La théorie du genre

La théorie du genre a été mise sur pieds pour informer le public en général et le personnel enseignant, les parents et le personnel de gestion des écoles sur ce qu’est le genre. Elle aidera ces acteurs du système éducatif à définir les outils les plus adaptés pour concevoir et dérouler les séquences pédagogiques, car étant mieux renseignés au sujet des fondements et des enjeux relatifs à l’égalité les filles et les garçons.
 
Les contenus qui seront utilisés à cet effet sont de natures différentes. Il peut s’agir des résultats de recherches, des fruits des académiciens, des outils d’appréciation et d’analyse de situation ou encore des pistes pédagogiques pouvant être mises en place dans le but d’améliorer les programmes éducatifs existants.
 
Il est question de promouvoir l’égalité professionnelle et la mixité par des actions-cadres et des conventions puis de prévenir les formes de violences et de harcèlement à caractère sexuel ou sexiste qui sévissent dans les systèmes.
 
Des outils de préventions de ses situations de harcèlement sont alors mis à disposition par le ministre depuis 2016. Il existe également des parcours magistères sur la prévention du harcèlement.
 
 

Égalité fille garçon : Ce qui est important

Il est important de vivre dans une réelle diversité au sein des écoles. Les jeux collectifs doivent être institués et pris comme moyen de facilitation de l’intégration de chaque apprenant sans distinction de sexe.
 
De même, il est nécessaire d’entretenir les élèves sur les stéréotypes du genre afin qu’ils changent la conception sexiste qu’ils se font des personnes ou de leur pair.
 
Ces mesures favoriseront l’ouverture de dialogue avec les parents d’élèves qui sont également des acteurs importants à prendre en compte dans ce dispositif. À travers eux, la question d’égalité des femmes et des hommes doit être mieux expliquée afin que ces derniers éduquent leurs progénitures sans aucune différence.
 
En réalité, l’égalité est une valeur très importante au sein d’une République. Elle est inscrite dans sa constitution et figure également dans les conventions internationales et les textes. En vertu de cette égalité, il faut impérativement éliminer toutes formes de discrimination faites aux femmes.
 

Une vraie priorité

L’égalité représente une priorité au sein des écoles depuis fort longtemps. En conséquence, la mixité doit se faire remarquer sous toutes ses formes et tendre même vers une obligation au fil des années. C’est qu’inspire la loi Haby de 1975.
 
Cependant, le constat est tout autre dans la réalité des choses. Des années après, la mixité s’est démarquée de l’égalité dans les rapports humains. Les filles ont un taux de réussite plus fort que celui des garçons en milieu scolaire, une forme de restrictions empêche les filles de s’orienter vers certains domaines d’activités, le complexe de supériorité des hommes prend de l’ampleur et les filières professionnelles sont quasiment meublées par la présence des hommes.
 
En France, il est observé près de 17 % des salaires payés aux hommes comparativement à ce qui est payé aux femmes. Une situation qui peut facilement tendre à près de 25 % même à diplômes égaux.
 

Conclusion

 
L’égalité entre les filles et les garçons est un combat mené depuis de nombreuses années par des personnalités publiques mais également dans la vie de tous les jours.
 
Malheureusement, le chemin est encore long est nécessite encore un travail immense. C’est en partie le rôle de l’enseignant de réussir à développer cette compétence dans l’esprit des élèves et futurs citoyens.
 
 
MathiasCRPE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.