accidents scolaires

Accidents scolaires: Comment réagir quand cela arrive?

Accidents scolaires. Lors de la pratique des activités scolaires, plusieurs types accidents surviennent dans les écoles et lycées. Ils sont souvent causés par l’état des biens, des équipements ou l’environnement de l’établissement.

 
Les murs de bâtiments et de WC en mauvais état, des hangars mal construits, des salles de classe en pailles, chute des meubles, etc. sont autant des incidents pouvant entrainer des accidents scolaires. Dans ce cadre, il est important de prendre des dispositions afin d’éviter ces genres d’évènements. Découvrez ici l’essentiel à savoir des accidents scolaires.
 

Les catégories d’accidents scolaires

accidents scolaires

Un accident scolaire peut être lié aux activités scolaires ou à l’état de certains équipements de l’école dans les locaux ou hors locaux.
 

Accidents scolaires dans les locaux

Deux accidents sont possibles dans les locaux.
  • Accidents de circulation : ce type d’accident survient souvent lorsque les élèves se dirigent vers la cour de récréation. Ils se précipitent et se bousculent.
  • Accidents dans la salle : ils concernent les incidents liés aux mouvements dans la salle de classe, mais ils sont rares.
 

Accidents scolaires hors des locaux

Ils concernent les accidents survenus dans la cour.
 
  • Accidents dus aux matériels : Ce type d’accident survient lors des jeux spontanés faits à base des objets dont l’utilisation est interdite (comme jeu avec des cailloux, grillage, etc.), soit pendant les jeux liés aux structures de la cour (toboggans, tricycles, etc.). Dans le cas où les heurts deviennent habituels, le mauvais usage de l’équipement peut être dangereux. Il est important d’entretenir régulièrement le matériel.
  • Accidents dus à la présence des personnes : il s’agit des accidents que les élèves subissent (liés aux actions involontaires et aux gestes non maitrisés) ou des accidents provoqués (morsures, agression, bousculade, poussée…). Les jeux dangereux (comme le jeu de foulard) peuvent provoquer des accidents, mais les écoles veillent à la sécurité des élèves lors de la pratique.
 

Accidents liés à l’Éducation Physique et Sportive (EPS)

Plusieurs activités d’EPS peuvent causer des accidents scolaires.

 
  • Activités nautiques (navigation ou natation) : ce type d’activités peut impliquer plusieurs partenaires (victime, commune, État, collectivité…). Certains accidents peuvent être dus aux fautes des enseignants : le fait de ne pas compter les élèves après les activités, laisser les enfants seuls nager dans le bassin profond, mauvaise organisation de l’activité. Autres fautes : manque de gilet de sauvetage, assez de difficulté.
  • Sports d’altitudes : les accidents qui surviennent lors des sports d’altitudes sont causés par le non-respect des textes d’encadrement des activités par les enseignants.
  • Activités individuelles liées au sport artificiel : comme l’athlétisme et la gymnastique, le non-respect des consignes spécifiques, manque de vigilance, la surveillance non convenable à l’âge des enfants et à l’activité.
Les jeux collectifs de sports artificiels peuvent engendrer des accidents scolaires.
 

Les démarches à suivre dans le cadre des accidents scolaires

Quel que soit le cas d’accident, l’enseignant doit : rassurer l’élève, l’écarter du groupe et informer un responsable de l’enfant. Ensuite, il faut déterminer la gravité de l’accident sans minimiser et contacter le 15, si nécessaire. Toutefois, les étapes à suivre dépendent de chaque état de la situation.
 
· Crise d’angoisse : il faut allonger l’élève, enlever sa chemise, demander à ce qu’il respire lentement, le faire parler, laisser une personne rassurante et calme auprès de lui et éloigner les autres.
 
· Simple malaise : allonger l’enfant, rassurer-le, lui demander ce qu’il a mangé et donner lui un sucre, puis l’avoir à l’œil. Lorsque son cas est persistant ou devient inquiétant, il faut contacter le 15.
 
· Difficultés respiratoires : Dans le cas où l’élève serait atteint de l’asthme, il faut le faire asseoir et lui donner son traitement. Dans le cas contraire, desserrer ses habits, le rassurer, contacter le 15 en restant près de lui et ensuite l’écarter du groupe.
 
· Crise d’épilepsie : il faut rester calme, écarter les objets et les personnes, et il ne faut pas essayer de l’immobiliser.
· Traumatisme grave : ne pas déplacer l’intéressé, immobiliser son membre (avec vêtement, couverture…), le couvrir et contacter la famille puis le 15.
 
Il faut retenir qu’aucune recommandation et imposition n’est faite au directeur ou au personnel d’accompagner l’élève dans l’ambulance. Dans le cas où l’enfant le désirerait, vous pouvez le faire, si et seulement si cela ne pose aucun problème à la scolarité.
 

Ce qui est important

Il est important de garder les traces de l’incident en : prévenant le directeur à chaque accident, remplissant le formulaire dédié, signalant au médecin tous les enfants qui présentent un caractère préoccupant. Dans le cadre d’un accident grave, il faut informer l’INE en lui transmettant un rapport de l’incident. De plus, il faut soutenir les parents en discutant avec eux.
 

Attitudes à adopter dans le cadre d’une maladie

Que ce soit les troubles d’audition, de vue et de langage, les informations relatives à la santé des élèves sont notifiées dans le carnet de santé. Il faut noter que toute école met en place un projet santé intégré au projet d’école et validé par le conseil d’école.
 

Accidents scolaires: Les attributions de l’enseignant

Les enseignants doivent :
– observer les enfants, veiller à leur état de santé ;
– prévenir les parents puis les présenter aux services compétents ; repérer les signes, mais ne pas diagnostiquer un mal ;
– informer le personnel de santé scolaire des problèmes détectés ;
– respecter les règlementations (prévention scolaire, visite obligatoire…)
 
Ce qu’il faut faire lorsque l’élève est malade
Ne pas donner un médicament sans PAI ou ordonnance lorsqu’aucun agent de santé n’est présent.
 
  • Ø Dans le cadre d’une maladie sur le court terme et que les médicaments sont censés être pris aux heures de cours : 
 
  • l’enseignant peut aider le médecin à faire prendre les médicaments prescrits (sous l’autorisation parentale et ordonnance). De plus, il ne faut pas mettre le traitement à la portée des enfants (garder les médicaments dans l’armoire de la pharmacie de l’établissement et le fermer).
 
  • Ø Pour une maladie sur le long terme (comme asthme sévère, épilepsie, allergies alimentaires, diabète…). Sur demande des parents de l’élève, le médecin scolaire et le directeur de l’école doivent mettre au point PAI, ceci sur la base de l’ordonnance du médecin traitant.

 

Le Bulletin officiel du six janvier 2000 recommande aux écoles de disposer des équipements suivants :

 
· armoire à pharmacie contenant gants, compresses stériles, héxomédine, bande de gaze pansements, pinces, thermomètre frontal, ciseaux, tisanes, couverture isotherme ;
· savon liquide ; mouchoirs jetables ;
· poubelle à pansements ;
· réfrigérateur comprenant une compresse watergel ou coussin réfrigérateur ;
· bouilloire électrique ou plaque électrique.
 
De plus, il est important de toujours garder la trousse à pharmacie lors de vos déplacements à l’extérieur.
MathiasCRPE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.